ClassiqueInfo-disque.com







ABC

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Dimitri de Victorin Joncières, une nouvelle restauration du Palazzetto Bru Zane.

mardi 12 août 2014 par Mathieu Guigue

Toujours attaché à la promotion de la musique française, le Palazzetto Bru Zane, nous propose de redécouvrir, Dimitri, le troisième opéra de Victorin Joncières. Dans cette fin de XIXème siècle où Gounod et Massenet régnèrent en maître, ce compositeur rencontra peu de succès, excepté avec Dimitri une de ses rares œuvres à enthousiasmer la critique de l’époque. N’étant pas resté dans l’histoire comme un musicien marquant de cette époque, ce premier enregistrement apporte un regard neuf sur l’œuvre de ce musicien injustement méconnu.



Le Mage, Massenet imparfait mais nécessaire

mardi 8 juillet 2014 par Pierre Philippe

Le catalogue de Jules Massenet regorge de beautés parmi lesquelles quelques-unes triomphent alors que beaucoup restent dans l’ombre. Sans parler de certains opéras aujourd’hui totalement oubliés et dont ne subsiste dans les programmations qu’un air isolé de temps en temps. Tel était le cas du Mage, composé en 1889 et qui se verra retiré de la scène suite à un changement de direction à la tête de l’Opéra de Paris malgré un certain succès public (mais une critique beaucoup moins positive). Continuant son magnifique travail, la Biennale Massenet nous offre enfin l’occasion de découvrir cet opéra qui n’a pas bénéficié de défenseurs tels que le couple Sutherland/Bonynge comme son contemporain Esclarmonde. Avec l’aide du Palazzetto Bru Zane, le festival stéphanois peut aussi renouer avec l’édition discographique qui nous avait valu de splendides enregistrements dans les années quatre-vingt-dix.



Les deux quatuors à codes de Jesus Guridi

lundi 7 juillet 2014 par Nicolas Mesnier-Nature

Un professeur de musique basque, côté espagnol, risquait, en tant que compositeur, de faire du folklorisme primaire ou de mâtiner ses œuvres d’un collage mal bricolé. Or il n’en est rien en ce qui concerne Jesus Guridi.



Semiramide à Wildbad

jeudi 3 juillet 2014 par Mathieu Guigue

Depuis plusieurs années, l’audacieux label Naxos pose ses micros au Belcanto Opéra Festival de Wildbad, haut-lieu rossinien s’il en est depuis sa création en 1989. Captée en direct en 2012, cette Semiramide de dirigée par Antonio Fogliani réunissait un plateau d’une qualité rare. Retour sur ces performances du dernier opéra de Rossini composé en terres italiennes.



Muti enregistre son Otello

dimanche 15 juin 2014 par Mathieu Guigue

L’un des principaux chefs verdiens des dernières décennies, Riccardo Muti n’avait jusqu’ici jamais enregistré au disque Otello, l’avant-dernier ouvrage du compositeur, connu pour l’exigence impitoyable de ses trois rôles principaux. Documentant une version de concert captée en 2011, c’est grâce au label autoproduit du Chicago Symphony Orchestra, qu’il en a aujourd’hui l’occasion.



Pourquoi toujours cette même version ?

lundi 25 novembre 2013 par Nicolas Mesnier-Nature

Nous avions déjà eu, dans un précédent article, l’occasion de faire connaître notre approche des symphonies de Bruckner de Marek Janowski dans le cadre de son intégrale en cours. Ce dernier volume sorti est dévolu à la Symphonie n°3. Alors que nous nous interrogions sur la légitimité d’une telle intégrale qui, il faut bien le dire, ne s’impose pas dans l’absolu en regard simplement de la quantité et de la qualités des coffrets déjà disponibles, il se pose une nouvelle question pour cette Symphonie n°3 : pourquoi Marek Janowski a -t-il choisi la version 1889 des Éditions Nowak ?



La Vierge de Massenet : belle initiative mais résultat peu concluant.

lundi 16 septembre 2013 par Pierre Philippe

Troisième et avant dernier oratorio de Jules Massenet, La Vierge est typique de cette mode parisienne de la deuxième moitié du XIXème siècle : créer des pièces d’une veine très lyrique et théâtrale sur un livret religieux, avec un découpage par grande scène et non une histoire continue. Fort habile dans le domaine de l’opéra et loin d’être un fervent religieux, Massenet oublie quelque peu le recueillement pour nous donner à entendre des pièces d’un lyrisme coloré et presque théâtral.



Véronique Gens nous invite au voyage

mercredi 21 août 2013 par Pierre Philippe

Au fils des ans, Véronique Gens parcourt les siècles musicaux. Alors qu’elle se fit d’abord connaître dans le répertoire baroque, elle a petit à petit exploré le répertoire classique avec bien sûr Mozart mais aussi Gluck, avant de faire quelques incursions chez les romantiques. Avec sa grande déclamation tragique, son style impeccable et son port altier, elle semble faite pour les grandes tragédies qui sont le cœur de répertoire de l’époque classique mais aussi celui qui en est peut-être le descendant direct : Berlioz. Avec ce disque Véronique Gens enregistre pour la deuxième fois Les Nuits d’Été, mais cette fois avec la plus rare Herminie. Pour compléter, l’un des cycles les plus connus du répertoire français : Shéhérazade de Ravel.



Une nouvelle intrusion dans la symphonie germanique

jeudi 1er août 2013 par Nicolas Mesnier-Nature

Cette parution de l’inventif label allemand CPO n’est pas une première pour qui fréquente les chemins moins balisés du romantisme germanique tardif. Siegfried Köhler avait, à la fin des années 1990, enregistré l’intégralité des quatre symphonies de Gernsheim. L’intérêt ne sera donc pas essentiel de réentendre ici les Symphonies n°1 et 3, sauf pour l’amateur avide de découverte ou le collectionneur compulsif.



La Cinquième de Mahler comme on ne l’entendra plus jamais

jeudi 27 juin 2013 par Fred Audin

Tout comme Mahler (1860-1911), Yakov Kreizberg (1959-2011), un siècle plus tard, n’a pas eu le temps de vieillir. Trois jours avant sa mort, Kreizberg donna son accord pour le montage final de la Cinquième symphonie de Mahler enregistrée en septembre 2010, telle qu’elle paraît aujourd’hui sous le label de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Dans des tempi plutôt lents (75 minutes au total) qui lui permettent de conserver une précision d’exécution constante, Kreizberg donnait ici la version d’un homme qui s’en va, et qui le sait, mais d’une élégance implacable, dans un son d’une incroyable présence.





Soutenir le magazine




Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 354959

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License