ClassiqueInfo-disque.com

Accueil du site > l’empreinte digitale

l’empreinte digitale

Articles de cette rubrique


Zajal : un trésor trop bien caché (l’empreinte digitale)

dimanche 6 février 2011 par Fred Audin

On voulait nous présenter un « opéra arabe », belle initiative si l’ouvrage avait des racines dans la musique populaire tout en s’essayant au langage de tradition occidentale, comme le fit en son temps l’égyptien Aziz El-Shawan (élève d’Aram Khatchaturian, et professeur du jordanien Haytham Sukareya) auteur d’Anas El-Wogood (1966), grand opéra en langue arabe. Ce ne sont pas les compositeurs issus de cette partie du monde qui manquent : Tarek Hassan (Egypte), Waleed Howrani (Liban), Fouad Fakhouri (Jordanie), Zaid Jabri (Syrie) pour ne citer que ceux qui furent joués en 2007 par l’English Chamber Orchestra à Londres. Zad Moultaka, l’auteur de Zajal, n’appartient pas à cette lignée d’auteurs inspirés par le Congrès du Caire auquel Bartok et Hindemith assistèrent en 1932.